Méditation biblique – Ephésiens 5: Appel à la sainteté

APPEL A LA SAINTETE – L’AMOUR REPOND A L’AMOUR

Verset 1)

Je sais que DIEU m’aime de tout son cœur, alors je cherche à être comme DIEU veut que je sois. C’est cela imiter Dieu

Être des imitateurs de DIEU. Être bien-aimé par Dieu devrait nous inciter à imiter Dieu

  • Pour nous, nous l’aimons parce qu’il nous aimé le premier.
  • Aimer Dieu consiste à garder ses commandements.

Verset2

Comment a été l’amour de Christ pour nous ? En nous aimant de tout son cœur, Jésus Christ a fait ce que Dieu voulait qu’il fasse

Jean 10:11  Moi, je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. 

Luc 19 :10 Car le Fils de l’Homme est  venu chercher et trouver ce qui était perdu

Jean 15:13  Il n’y a pour personne de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.

Verset 3-4

Les actions condamnables qui ne doivent pas mêmes être nommées dans l’église

Fornication / InconduiteChose Honteuse / Grossièretés
Impureté / toute forme d’impuretéParole folle / Propos insensés
CupiditéPlaisanterie : Bouffonnerie/ propos équivoques

Les lignes suivantes sont tirées du Livre Commentaire du disciple de William McDonald

Aux v. 3 et 4, l’apôtre reprend le sujet des péchés sexuels et appelle d’un ton décidé à nous en séparer pour vivre dans la sainteté. Il mentionne d’abord différents péchés d’immoralité : 

* La débauche. Chaque fois que ce mot se trouve dans un verset qui mentionne aussi l’adultère, la débauche (ou « fornication », Mart.) vise les relations illicites entre personnes non mariées. Par contre, quand le mot n’est pas distingué de l’adultère, comme c’est le cas ici, il se réfère probablement à n’importe quelle forme d’immoralité sexuelle. (Le mot « pornographie » [du gr. pornè  « prostituée » et grapheïn  « écrire »] a une racine commune avec le mot « fornication ».) 

L’impureté. Ce mot désigne aussi les actes immoraux, quoi qu’il puisse aussi viser des images impures, des livres obscènes et d’autres matières suggestives qui caractérisent une façon de vie indécente et qui nourrissent les feux de la passion. 

La cupidité (convoitise). Alors que généralement nous entendons par là le désir d’amasser de l’argent, ici il s’agit de désirs sensuels, à savoir l’avidité insatiable de satisfaire ses appétits sexuels en dehors des liens du mariage (cf. #Ex 20.17 : « Tu ne convoiteras point la femme de ton prochain… »). 

Que ces choses ne soient pas même nommées parmi les chrétiens. Il va sans dire qu’il ne faudrait jamais devoir les nommer comme ayant été commises par des croyants. Il ne faudrait même pas en discuter de manière à en affaiblir le caractère coupable et honteux. Il y a toujours le plus grand danger d’en parler légèrement, de trouver des excuses, ou même d’en parler familièrement et continuellement. Paul souligne cette exhortation par l’expression ainsi qu’il convient à des saints. Les croyants ont été séparés de la corruption qui est dans le monde ; ils devraient maintenant, dans la pratique, vivre à l’écart des passions avilissantes, en actes aussi bien qu’en paroles.

Leur langage devrait aussi être exempt de toute trace de : 

Grossièreté. Cela se réfère aux histoires scabreuses, aux plaisanteries sous-entendant des obscénités, et à toutes les formes d’impudicité et d’indécence. 

* Propos insensés. Cela se réfère à des discours vides dignes d’un débile. Le langage vulgaire tombe peut-être aussi dans cette catégorie. 

Propos équivoques. Il s’agit de rigolades douteuses dont le sens sous-entendu est dégradant. Parler d’une chose, en faire un sujet de risée et de conversation fréquente finit par l’introduire dans l’esprit et risque d’être mis en pratique. 

Il est toujours dangereux de plaisanter sur le péché. Au lieu d’utiliser sa langue d’une manière indigne et inconvenante, le chrétien devrait délibérément s’habituer à cultiver des paroles exprimant des actions de grâces envers Dieu pour toutes les bénédictions et faveurs reçues. Cela plaît au Seigneur, est un bon exemple pour les autres et profitable pour soi-même.

Verset 5 : Qui héritera du royaume de Dieu et de Christ ?

Jean 3:20  Car quiconque pratique le mal déteste la lumière ; celui–là ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées ;

Lire Matthieu 7 :21-23

Le verset 5 peut soulever la question de l’existence du péché dans la vie d’un racheté et peut aussi emmener à se poser la question sur la perte du salut.

Lire Romains 7 :16 à 8 :2

En lisant Romains 7, l’apôtre Paul expose la lutte entre la chair et l’esprit et souligne que la victoire est en Jésus Christ montrant par là que pour celui ou pour celle qui a été rachetée, le péché n’est pas une fatalité, le péché n’est plus une puissance dominatrice, car en Christ se trouve la victoire.

-Boaz

Méditation biblique – 1 Pierre 1 22-23: L’amour fraternel

Lecture : 1.Pi.1/22-23 : « Ayant purifié vos âmes en obéissant à la vérité pour avoir un amour fraternel sincère, aimez-vous ardemment les uns les autres, de tout votre cœur, puisque vous avez été régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu.

Thème : L’amour fraternel

De quel amour s’agit ‘il ?

Lire la suite »

Méditation biblique: 1 Pierre 1 v.6 – Qu’est-ce qui fait notre joie ?

Lecture : 1Pi.1/6 : « C’est ce qui fait votre joie, même si maintenant, puisqu’il le faut, vous êtes pour un peu de temps attristés par diverses épreuves. »

Définition : Joie (la) : En hébreux, cela signifie sauter, bondir de joie, briller ou être lumineux. C’est une émotion agréable et profonde. La vraie joie vient d’en haut car elle est un fruit de l’Esprit Gal.5/22.

Thème : Qu’est-ce qui fait notre joie ?

Lire la suite »

Méditation biblique : Le jeune et la prière [version complète]

Le jeune est biblique et concerne tous les chrétiens car Jésus lui-même l’avait expérimenté avant de commencer son grand ministère de salut. Le jeûne chrétien est l’abstinence de toute nourriture et de boisson pendant une période donnée. Certaines religions pratiquent aussi des jeunes. On peut parler du bouddhisme, de l’islam (Ramadan). Le jeûne sans prière ni charité, sans méditation rime avec le régime.

Lire la suite »

Proclamer sa foi dans la douceur, le respect et une bonne conscience

Lecture : 1Pierre.3/15-16

« Sanctifiez dans votre cœur Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous, et ayant une bonne conscience, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ceux qui décrient votre bonne conduite en Christ soient couverts de confusion.

Lire la suite »

Méditation biblique: Exode 3 v.1-22 – Dieu se fait connaître

INTRODUCTION

Par suite d’une famine, Jacob partit de Canaan pour rejoindre son fils Joseph gouverneur d’Egypte. Le nombre total des personnes de la famille de Jacob qui vinrent en Egypte était de 70. (Gen : 46/27). Israël s’installa donc en Egypte dans la région de Gosen. Ils acquirent des propriétés, eurent des enfants et devinrent très nombreux. (Gen : 47/27). Selon Exode 12/40, le séjour d’Israël en Egypte dura 430 ans. Pendant ce long séjour Dieu ne se manifesta pas, il semble avoir gardé le silence pendant 4 siècle…

Lire la suite »

Méditation biblique: Deutéronome 8 v.3 – Quelles sont les ressources que le Seigneur met à notre disposition pour fortifier notre foi dans l’épreuve ?

La fois dernière, le sujet évoqué était le désert comme lieu d’épreuve pour révéler les dispositions de notre coeur. Aujourd’hui, le sujet est : Quelles sont les ressources que le Seigneur met à notre disposition pour fortifier notre foi dans l’épreuve ?

Lire la suite »

Méditation biblique: Néhémie 1 v.1-4 – Le fardeau de Néhémie

Néhémie 1:1-4 ‘ Paroles de Néhémie, fils de Hakalia. Au mois de Kislev, la vingtième année, comme j’étais à Suse la citadelle, Hanani, l’un de mes frères, et quelques hommes arrivèrent de Juda. Je les interrogeai au sujet des Judéens rescapés qui étaient restés de la captivité, et au sujet de Jérusalem. Ils me répondirent : Ceux qui sont restés de la captivité sont là dans la province, au comble du malheur et du déshonneur ; il y a des brèches dans la muraille de Jérusalem, et ses portes ont été détruites par le feu. Lorsque j’entendis ces paroles, je m’assis et je me mis à pleurer. Pendant plusieurs jours, je pris le deuil, je jeûnai, je priai devant le Dieu du ciel ; ‘

Lire la suite »