Méditation biblique: Cantique d’Anne – 1 Samuel 2 v.1-11

Lecture :

1.Samuel 2/1-11 :  « 1Anne pria, et dit: Mon cœur se réjouit en l’Eternel, Ma force a été relevée par l’Eternel; Ma bouche s’est ouverte contre mes ennemis, Car je me réjouis de ton secours.
2
Nul n’est saint comme l’Eternel; Il n’y a point d’autre Dieu que toi; Il n’y a point de rocher comme notre Dieu.
3
Ne parlez plus avec tant de hauteur; Que l’arrogance ne sorte plus de votre bouche; Car l’Eternel est un Dieu qui sait tout, Et par lui sont pesées toutes les actions.
4
L’arc des puissants est brisé, Et les faibles ont la force pour ceinture.
5
Ceux qui étaient rassasiés se louent pour du pain, Et ceux qui étaient affamés se reposent; Même la stérile enfante sept fois, Et celle qui avait beaucoup d’enfants est flétrie.
6
L’Eternel fait mourir et il fait vivre. Il fait descendre au séjour des morts et il en fait remonter.
7
L’Eternel appauvrit et il enrichit, Il abaisse et il élève.
8
De la poussière il retire le pauvre, Du fumier il relève l’indigent, Pour les faire asseoir avec les grands. Et il leur donne en partage un trône de gloire; Car à l’Eternel sont les colonnes de la terre, Et c’est sur elles qu’il a posé le monde.
9
Il gardera les pas de ses bien-aimés. Mais les méchants seront anéantis dans les ténèbres; Car l’homme ne triomphera point par la force.
10
Les ennemis de l’Eternel trembleront; Du haut des cieux il lancera sur eux son tonnerre; L’Eternel jugera les extrémités de la terre. Il donnera la puissance à son roi, Et il relèvera la force de son oint.
11
Elkana s’en alla dans sa maison à Rama, et l’enfant fut au service de l’Eternel devant le sacrificateur Eli. »

Contexte :

Nous sommes au temps des Juges soit 1100 av. J-C. Une voix s’élève avec une joie triomphante. C’est Anne , la femme d’Elkana, qui chante de tout son cœur. Son cantique est une prière qui est à la fois une louange et une action de grâce adressée à l’Eternel.

Elle célèbre la sainteté, l’unicité de Dieu (v2), son omniscience (v3) et sa toute-puissance (v4-8,10). En même temps, elle déclame sa reconnaissance pour le secours de Dieu (v1) et l’exaucement de sa prière (v5).

Elle est transportée d’une joie extrême, qu’elle ne peut contenir : v1 : « Ma force a été relevée par l’Eternel. Ma bouche s’est ouverte contre mes ennemis. »

Qu’est-ce qui a motivé Anne à chanter de tout son cœur en faveur de l’Eternel ?

C’est l’inspiration de la grâce. En effet, Anne a bénéficié de la grâce de Dieu. Voici comment :

On peut lire dans le premier chapitre du livre de Samuel qu’Anne est mariée à Elkana un Lévite. Il semble qu’ils soient riches car ils ont la possibilité d’offrir trois taureaux et vingt-deux litres de farine en faveur de l’Eternel (v24-25). Pourtant, Anne est triste et amère (v10). Non pas que son mari ne l’aime pas , bien au contraire car elle est la femme préférée de son époux. Et c’est là qu’est tout le drame car Elkana a une deuxième épouse nommée Peninna. Or Peninna a des filles et des garçons alors qu’Anne est stérile (v4-5).

Cependant, le mal est plus profond. Car «  6Sa rivale lui prodiguait les mortifications, pour la porter à s’irriter de ce que l’Eternel l’avait rendue stérile. »La situation est d’autant plus insupportable du fait que son mari est dans l’impuissance de la consoler car il croit que son épouse pleure seulement à cause de sa stérilité : « 8Elkana, son mari, lui disait: Anne, pourquoi pleures-tu, et ne manges-tu pas? pourquoi ton cœur est-il attristé? Est-ce que je ne vaux pas pour toi mieux que dix fils? » alors qu’il ne s’aperçoit pas qu’Anne est harcelée par Peninna :  « 7Et toutes les années il en était ainsi. Chaque fois qu’Anne montait à la maison de l’Eternel, Peninna la mortifiait de la même manière. Alors elle pleurait et ne mangeait point. »

Quel caractère laisse voir le comportement de Peninna ?

L’orgueil et la jalousie semblent les mobiles qui poussent Peninna à être querelleuse envers Anne.

Pourquoi l’orgueil ? Ici cela pourrait être un sentiment de vantardise car Peninna a des filles et des garçons qui semblent nombreux (1.Samuel.1/4). On pourrait parler de l’orgueil de la vie c’est-à-dire que Peninna se gonfle d’une fierté orgueilleuse que lui procure de pouvoir enfanter. D’autant plus que dans l’Ancien testament , la stérilité était considérée comme une punition divine (Gen.20/17-18 : Abimélèc) et une honte (Gen.30/22-24:22Dieu se souvint de Rachel, il l’exauça, et il la rendit féconde. 23Elle devint enceinte, et enfanta un fils, et elle dit: Dieu a enlevé mon opprobre. 24Et elle lui donna le nom de Joseph, en disant: Que l’Eternel m’ajoute un autre fils!). En effet, celle qui enfantait pouvait se considérer bénie de Dieu et à juste droit car le Psaume 128 chante la joie de la femme féconde.

Pourquoi la jalousie ? Car Anne est aimée d’Elkana (1.S 1/5). Cela suppose pour Peninna qu’elle ne l’est pas. Et il se peut que celui-ci ne l’ai épousée qu’afin de perpétuer son nom. Décidément, Elkana a sa part de responsabilité dans ce déchirement familial…Et qui sait si Anne ne se rendait pas compte de la douleur de sa rivale et du coup elle faisait en sorte de ne pas répondre à ses attaques ?

Quelle attitude manifeste Anne face aux attaques incessantes de Peninna ?

Anne est dans une grande souffrance : Son âme est dans l’amertume et elle pleure abondamment (1.S 1/10).

Les attaques incessantes de Peninna, l’aveuglement de son époux et le sentiment de honte qui est attaché à sa stérilité ne sont que le haut du sommet de l’iceberg. Car en Israël, l’une des raisons de la honte attachée à la stérilité était l’attente du Messie : chaque femme espérait donner le jour au Libérateur du peuple.

Méprisée et incomprise, Anne préfère confier sa peine à Dieu : « Et, l’amertume dans l’âme, elle pria l’Eternel et versa des pleurs. » Même dans son moment d’imploration devant le Tabernacle, elle est invectivée par le souverain sacrificateur Eli (Mon Dieu) : 1.S1/12-16 : « 12Comme elle restait longtemps en prière devant l’Eternel, Eli observa sa bouche. 13Anne parlait dans son cœur, et ne faisait que remuer les lèvres, mais on n’entendait point sa voix. Eli pensa qu’elle était ivre, 14et il lui dit: Jusques à quand seras-tu dans l’ivresse? Fais passer ton vin. 15Anne répondit: Non, mon seigneur, je suis une femme qui souffre en son cœur, et je n’ai bu ni vin ni boisson enivrante; mais je répandais mon âme devant l’Eternel. 16Ne prends pas ta servante pour une femme pervertie, car c’est l’excès de ma douleur et de mon chagrin qui m’a fait parler jusqu’à présent. »

Quelle doux caractère de la part d’Anne. Au lieu de se rebiffer face à l’injustice d’Eli, elle le reprend avec douceur en se justifiant. Elle ne veut surtout pas qu’il se méprenne sur son état. Voilà une femme qui a les commandements de Dieu dans son cœur et tient à les respecter même au cœur de la tourmente : Lév.19/32 : « Tu te lèveras devant les cheveux blancs, et tu honoreras la personne du vieillard. Tu craindras ton Dieu. Je suis l’Eternel. » Dans 1.Tim 5/1, on peut lire ceci : « Ne réprimande pas rudement le vieillard, mais exhorte-le comme un père; exhorte les jeunes gens comme des frères […] » et Exode 22/27 : « 28Tu ne maudiras point Dieu, et tu ne maudiras point le prince de ton peuple. » Or c’était à cette tentation qu’était soumise continuellement Anne de la part de Peninna : 1.S 1/6-7 : « 6Sa rivale lui prodiguait les mortifications, pour la porter à s’irriter de ce que l’Eternel l’avait rendue stérile. 7Et toutes les années il en était ainsi. Chaque fois qu’Anne montait à la maison de l’Eternel, Peninna la mortifiait de la même manière. »

Eli se ravise : 1.S 1/17 : « 17Eli reprit la parole, et dit: Va en paix, et que le Dieu d’Israël exauce la prière que tu lui as adressée! »

Sûre de cette promesse, Anne quitte le tabernacle avec l’esprit apaisé : 1.S1/18-19 : « 18Elle dit: Que ta servante trouve grâce à tes yeux! Et cette femme s’en alla. Elle mangea, et son visage ne fut plus le même.19Ils se levèrent de bon matin, et après s’être prosternés devant l’Eternel, ils s’en retournèrent et revinrent dans leur maison à Rama. »

Il semble qu’Anne n’attendit pas longtemps pour voir sa prière exaucée : 1.S 1/19-20 : « Elkana connut Anne, sa femme, et l’Eternel se souvint d’elle. 20Dans le cours de l’année, Anne devint enceinte, et elle enfanta un fils, qu’elle nomma Samuel, car, dit-elle, je l’ai demandé à l’Eternel.»

Le caractère d’Anne, dont le prénom signifie « grâce », « faveur », est un grand enseignement sur la conduite à tenir face à la persécution, à la provocation. Le Proverbe 22/14 la caractérise parfaitement : « 4Le fruit de l’humilité, de la crainte de l’Eternel, C’est la richesse, la gloire et la vie. » Effectivement, elle reçut de l’Eternel le centuple : 1.S 2/21 : « 21Lorsque l’Eternel eut visité Anne, elle devint enceinte, et elle enfanta trois fils et deux filles. Et le jeune Samuel grandissait auprès de l’Eternel. »

Ô oui, Anne avait du respect pour Dieu. Malgré sa détresse et même après qu’elle fut exaucée, elle mit un point d’honneur à respecter son vœux de consacrer son premier-né (1.S 1/11) et à honorer de ses biens les bontés et la grandeur de l’Eternel en plus de sa purification : 1.S 1/24-28 : « 24Quand elle l’eut sevré, elle le fit monter avec elle, et prit trois taureaux, un épha de farine, et une outre de vin. Elle le mena dans la maison de l’Eternel à Silo: l’enfant était encore tout jeune. 25Ils égorgèrent les taureaux, et ils conduisirent l’enfant à Eli. 26Anne dit: Mon seigneur, pardon! aussi vrai que ton âme vit, mon seigneur, je suis cette femme qui me tenais ici près de toi pour prier l’Eternel. 27C’était pour cet enfant que je priais, et l’Eternel a exaucé la prière que je lui adressais. 28Aussi je veux le prêter à l’Eternel: il sera toute sa vie prêté à l’Eternel. Et ils se prosternèrent là devant l’Eternel. »

Conclusion

Si pour nous, enfants de Dieu, cette histoire du combat héroïque d’Anne est une exhortation à tenir ferme face à la tentation en nous confiant dans la prière entre les mains du Seigneur, elle peut paraître de premier abord toute anodine pour la plupart des non croyants. Pourtant le sort de l’humanité était pleinement engagé. En effet, c’est par la persévérance d’Anne à ne pas se détourner de Dieu malgré l’opposition, qu’elle put prêter à l’Eternel son premier-né Samuel celui-là même qui jouera un grand rôle d’unificateur des tribus d’Israël. Par la Grâce de Dieu, il remettra en honneur et en pratique la Loi de Dieu en Israël en ce temps où chacun faisait ce qui lui semblait bon. Mais aussi, il sera celui qui oindra le roi David par lequel le Messie devait venir pour sauver les hommes de leurs péchés.

Si Anne a prêté à Dieu son fils, Dieu nous a donné son Fils (le premier-né de toute la création et le premier-né d’entre les morts afin d’être en tout le premier : Col.1/15,18) afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas mais qu’il ait la vie éternelle (Jean.3/16). Louons notre Libérateur qui bien qu’il fut tout au long de son ministère harcelé au point que certains moqueurs au pied de la croix le provoquaient en ces termes : Luc.15/29-30 : « Hé! toi qui détruis le temple, et qui le rebâtis en trois jours, 30sauve-toi toi-même, en descendant de la croix!31Les principaux sacrificateurs aussi, avec les scribes, se moquaient entre eux, et disaient: Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même! », il ne rendait pas l’insulte, ne faisait pas de menaces mais s’en remettait à celui qui juge justement (1.Pierre 2/23) ; « 22Lui qui n’a point commis de péché, Et dans la bouche duquel il ne s’est point trouvé de fraude. »il obéit jusqu’à la mort de la croix et put pousser le plus grand cri de triomphe qui retentit encore aujourd’hui : « Tout est accompli ! »

Le combat d’Anne comme celui de Christ n’était pas contre la chair mais contre les autorités célestes, contre l’Adversaire : Héb.2/14-15 : 14Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est-à-dire le diable,15et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude »

Ainsi, à l’instar d’Anne, nous pouvons entonner son chant triomphant : 8De la poussière il retire le pauvre, Du fumier il relève l’indigent, Pour les faire asseoir avec les grands. Et il leur donne en partage un trône de gloire. » 10Les ennemis de l’Eternel trembleront; Du haut des cieux il lancera sur eux son tonnerre; L’Eternel jugera les extrémités de la terre. Il donnera la puissance à son roi, Et il relèvera la force de son oint.

L’Éternel combattra pour vous

Pierre van Woerden

ATG363. L’Éternel combattra pour vous
Texte de Pierre van Woerden

Strophe

L’Éternel combattra pour vous, L’Éternel combattra pour vous, L’Éternel combattra pour vous, Et vous, gardez le silence.

Chantons le 47 sur les ailes de la foi : « A celui qui nous a lavés. »

-Patrick

Méditation biblique: Le mariage de Ruth et Boaz

Ruth.4/13-14 : « Boaz épousa Ruth ; elle devint sa femme et il s’unit à elle. L’Eternel permit à Ruth de devenir enceinte et elle mit au monde un fils. Les femmes dirent à Naomi : « Béni soit l’Eternel qui ne t’a pas laissée manquer aujourd’hui d’une personne ayant le droit de rachat ! Que son nom soit célébré en Israël ! »

Nous sommes au cœur d’un mariage. En cette circonstance, un photographe officiel est choisi par le couple pour rendre ce jour mémorable. A défaut d’un support visuel, la Parole de Dieu nous a laissé un témoignage écrit par lequel nous pouvons tirer quelques portraits moraux de cette belle famille.

Lire la suite »

Ruth 2

Lecture : Ruth. 2/1-23

« 1Naomi avait un parent de son mari. C’était un homme puissant et riche, de la famille d’Elimélec, et qui se nommait Boaz. 2Ruth la Moabite dit à Naomi: Laisse-moi, je te prie, aller glaner des épis dans le champ de celui aux yeux duquel je trouverai grâce. Elle lui répondit: Va, ma fille. 3Elle alla glaner dans un champ, derrière les moissonneurs. Et il se trouva par hasard que la pièce de terre appartenait à Boaz, qui était de la famille d’Elimélec. 4Et voici, Boaz vint de Bethléhem, et il dit aux moissonneurs: Que l’Eternel soit avec vous! Ils lui répondirent: Que l’Eternel te bénisse! 5Et Boaz dit à son serviteur chargé de surveiller les moissonneurs: A qui est cette jeune femme? 6Le serviteur chargé de surveiller les moissonneurs répondit: C’est une jeune femme Moabite, qui est revenue avec Naomi du pays de Moab. 7Elle a dit: Permettez-moi de glaner et de ramasser des épis entre les gerbes, derrière les moissonneurs. Et depuis ce matin qu’elle est venue, elle a été debout jusqu’à présent, et ne s’est reposée qu’un moment dans la maison.

Lire la suite »

Reconfinement – 30/10/2020

Suite aux nouvelles mesures sanitaires, les cultes en présentiel dans le bâtiment de l’église sont suspendus.

Les cultes en ligne commenceront à 10h45 et seront retransmis en direct sur Facebook : https://www.facebook.com/eglisebaptistetoulouse/

Vous pouvez toujours demander un chant ou une lecture d’un passage de la bible, ou même envoyer un témoignage écrit (mais assez court pour que le plus grand nombre puisse participer).

Que le Seigneur nous bénisse, continuons à le servir dans tout ce que nous faisons.

‘ Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ qui, selon sa grande compassion, nous a fait naître de nouveau, par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts, pour une espérance vivante, pour un héritage impérissable, sans souillure, inaltérable, qui vous est réservé dans les cieux, à vous qui êtes gardés par la puissance de Dieu, au moyen de la foi, pour un salut prêt à être révélé dans les derniers temps. Ainsi vous êtes transportés d’allégresse, quoique vous soyez maintenant, pour un peu de temps, puisqu’il le faut, attristés par diverses épreuves, ‘ – 1 Pierre 1 v.3-6

Vous trouverez également des méditations bibliques chaque semaine sur notre site: https://eglisebaptistetoulouse.com/category/partages/

Vous trouverez les sujets de prières des frères et sœurs ici: https://eglisebaptistetoulouse.com/category/sujets-de-priere/ N’hésitez pas à partager vos sujets, prions les uns pour les autres.

Méditation biblique: Le livre des juges ou le temps de l’obscurantisme spirituel

Le livre des juges ou le temps de l’obscurantisme spirituel

Lecture : Juges.2/8-23 : « Josué, fils de Nun, serviteur de l’Eternel, mourut âgé de cent dix ans. 9On l’ensevelit dans le territoire qu’il avait eu en partage, à Thimnath-Hérès, dans la montagne d’Ephraïm, au nord de la montagne de Gaasch. 10Toute cette génération fut recueillie auprès de ses pères, et il s’éleva après elle une autre génération, qui ne connaissait point l’Eternel, ni ce qu’il avait fait en faveur d’Israël.

Lire la suite »

Méditation biblique: Josué 2 – Rahab ou la foi qui sauve

Rahab ou la foi qui sauve

Lecture : Jos.2/1-21 ; 6/22-25

Contexte historique

Josué est appelé par Dieu à passer à la tête du peuple de l’Eternel pour entrer dans le pays promis : Jos.1/1-2 :  « Après la mort de Moïse, serviteur de l’Eternel, l’Eternel dit à Josué, fils de Nun, serviteur de Moïse:Moïse, mon serviteur, est mort; maintenant, lève-toi, passe ce Jourdain, toi et tout ce peuple, pour entrer dans le pays que je donne aux enfants d’Israël. Dieu est sur le point d’accomplir la promesse faîte à Abraham 400 ans auparavant : Ex.6/8 : « Je vous ferai entrer dans le pays que j’ai juré de donner à Abraham, à Isaac et à Jacob; je vous le donnerai en possession, moi l’Eternel. »

Lire la suite »

Méditation biblique: Josué ou la foi en action Partie 2

Partie 2

  1. Dt.31/7 : « Moïse appela Josué, et lui dit en présence de tout Israël: Fortifie-toi et prends courage, car tu entreras avec ce peuple dans le pays que l’Eternel a juré à leurs pères de leur donner, et c’est toi qui les en mettras en possession. »
    Dans la Bible, nous constatons que le bon combat de la foi n’est pas de tout repos. Les exemples des apôtres nous montrent ce qu’ils ont enduré tels qu’Etienne (Act.8/1), Pierre, Jean (Act.5/17-18), et Paul (2Cor.11/23-29) pour ne citer qu’eux. Ce dernier encourageait son fils spirituel Timothée dans son ministère pastoral : 2Tim.2/1 : « Toi donc, mon enfant, fortifie-toi dans la grâce qui est en Jésus-Christ. » Même l’Esprit supplée à notre faiblesse : Rom.8/26-27 : « De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints. »
Lire la suite »