Méditation biblique: Le mariage de Ruth et Boaz

Ruth.4/13-14 : « Boaz épousa Ruth ; elle devint sa femme et il s’unit à elle. L’Eternel permit à Ruth de devenir enceinte et elle mit au monde un fils. Les femmes dirent à Naomi : « Béni soit l’Eternel qui ne t’a pas laissée manquer aujourd’hui d’une personne ayant le droit de rachat ! Que son nom soit célébré en Israël ! »

Nous sommes au cœur d’un mariage. En cette circonstance, un photographe officiel est choisi par le couple pour rendre ce jour mémorable. A défaut d’un support visuel, la Parole de Dieu nous a laissé un témoignage écrit par lequel nous pouvons tirer quelques portraits moraux de cette belle famille.

NAOMI :

Malgré sa triste condition suite aux décès de son mari et de ses deux enfants, Naomi nous offre un trait de caractère altruiste c’est-à- dire qu’elle se consacre aux autres de façon désintéressée. Voici quelques exemples :

– Ruth.1/8-9,11, 15,18 : « 8Et Naomi dit à ses deux belles-filles : Allez, retournez chacune en la maison de sa mère;l’Eternel vous fasse du bien, comme vous en avez fait à ceux qui sont morts, et à moi. 9L’Eternel vous fasse trouver du repos à chacune dans la maison de son mari; et elle les baisa; mais elles élevèrent leur voix, et pleurèrent. […]11Et Naomi répondit : Retournez-vous-en, mes filles; pourquoi viendriez-vous avec moi? Ai-je encore des fils en mon ventre, afin que vous les ayez pour maris? 12Retournez-vous-en, mes filles, allez-vous-en; car je suis trop âgée pour être remariée; et quand je dirais que j’en aurais quelque espérance, quand même dès cette nuit je serais avec un mari, et quand même j’aurais enfanté des fils; 13Les attendriez-vous jusqu’à ce qu’ils fussent grands? Différeriez-vous pour eux d’être remariées ? Non, mes filles; certes je suis dans une plus grande amertume que vous, parce que la main de l’Eternel s’est déployée contre moi.[…] 15Et [Naomi lui] dit : Voici, ta belle-sœur s’en est retournée à son peuple et à ses dieux; retourne-t ‘en après ta belle-sœur.[…] 18Naomi donc voyant qu’elle était résolue d’aller avec elle, cessa de lui en parler.»

Remarquable attitude ! Par trois fois elle insista auprès de ses belles-filles pour les encourager à vivre leur vie et qu’elle ne fut pas pour elles un fardeau. Rappelons-nous que Naomi était en terre étrangère sans ressource et se dirigeant vers son pays sans aucune protection….

Lorsque Naomi avec Ruth se trouva en Israël, son cœur était toujours débordant de tendresse avec un profond désir de contribuer au bonheur de sa fille. Oui de sa fille car elle l’avait adoptée dans son cœur comme son propre enfant : Ruth.2/2 : « 2Et Ruth la Moabite dit à Naomi : Je te prie que j’aille aux champs, et je glanerai quelques épis après celui devant lequel j’aurai trouvé grâce. Et elle lui répondit : Va, ma fille

Dans une circonstance particulière, elle prodigua à Ruth un conseil avisé c’est-à-dire plein de sagesse, de prudence et d’expérience : Ruth.2/20-23 : « 20Naomi dit à sa belle-fille: Qu’il soit béni de l’Eternel, qui se montre miséricordieux pour les vivants comme il le fut pour ceux qui sont morts! Cet homme est notre parent, lui dit encore Naomi, il est de ceux qui ont sur nous droit de rachat. 21Ruth la Moabite ajouta: Il m’a dit aussi: Reste avec mes serviteurs, jusqu’à ce qu’ils aient achevé toute ma moisson. 22Et Naomi dit à Ruth, sa belle-fille: Il est bon, ma fille, que tu sortes avec ses servantes, et qu’on ne te rencontre pas dans un autre champ. 23Elle resta donc avec les servantes de Boaz, pour glaner, jusqu’à la fin de la moisson des orges et de la moisson du froment. Et elle demeurait avec sa belle-mère. »

Elle poussa encore plus loin son amour pour Ruth en lui prodiguant un conseil du plus haut intérêt qui porta ses fruits et dont la répercussion fut bénéfiquepour l’humanité : Ruth3/1-4 : « 1Naomi, sa belle-mère, lui dit: Ma fille, je voudrais assurer ton repos, afin que tu fusses heureuse.2Et maintenant Boaz, avec les servantes duquel tu as été, n’est-il pas notre parent? Voici, il doit vanner cette nuit les orges qui sont dans l’aire. 3Lave-toi et oins-toi, puis remets tes habits, et descends à l’aire. Tu ne te feras pas connaître à lui, jusqu’à ce qu’il ait achevé de manger et de boire. 4Et quand il ira se coucher, observe le lieu où il se couche. Ensuite va, découvre ses pieds, et couche toi. Il te dira lui-même ce que tu as à faire. 5Elle lui répondit: Je ferai tout ce que tu as dit. » Ce conseil déboucha sur un mariage pour le plus grand bonheur de Ruth et de Naomi mais aussi pour la plus grande joie des hommes. En effet, c’est par cette filiation que naquit le Rédempteur du monde : Ruth.4/21-22 : « 21Salmon engendra Boaz; Boaz engendra Obed; 22Obed engendra Isaï; et Isaï engendra David. » Ps.89/4-5 : « 3J’ai fait alliance avec mon élu; Voici ce que j’ai juré à David, mon serviteur:4J’affermirai ta postérité pour toujours, Et j’établirai ton trône à perpétuité. Pause. » Cette affirmation se vérifie dans les généalogies écrites dans les évangiles de Matthieu et de Luc : Mat.1/1 : « 1Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d’Abraham. », Luc.3/23-32.

Naomi était une veuve dont les sentiments irréprochables étaient en conformité avec la parole de Dieu : 1Tim.5/5,8 : « 5Celle qui est véritablement veuve, et qui est demeurée dans l’isolement, met son espérance en Dieu et persévère nuit et jour dans les supplications et les prières.8Si quelqu’un n’a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu’un infidèle. » Bien évidemment ce dernier verset doit être lu de la manière suivante pour Naomi : Si quelqu’un a soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il est fidèle dans la foi.

RUTH:

Nous avons eu déjà l’occasion dans une des méditations précédentes de souligner son caractère dévoué, charitable et courageux en témoignant auprès de sa belle-mère un attachement indéfectible. : Ruth.2/11 : « 11Boaz lui répondit: On m’a rapporté tout ce que tu as fait pour ta belle-mère depuis la mort de ton mari, et comment tu as quitté ton père et ta mère et le pays de ta naissance, pour aller vers un peuple que tu ne connaissais point auparavant. 12Que l’Eternel te rende ce que tu as fait, et que ta récompense soit entière de la part de l’Eternel, le Dieu d’Israël, sous les ailes duquel tu es venue te réfugier! »

D’autre part, Boaz l’ayant observé ne s’était pas trompé en la qualifiant de « femme de valeur » Ruth.3/11 : «11Maintenant, ma fille, ne crains point; je ferai pour toi tout ce que tu diras; car toute la porte de mon peuple sait que tu es une femme vertueuse » . Le livre des Proverbes du chapitre 31/10-30 vient corroborer cette affirmation de Boaz qui résume le caractère vertueux de Ruth : Quelques extraits du Prov.31/10-31 : « 10Qui peut trouver une femme vertueuse? Elle a bien plus de valeur que les perles.14Elle est comme un navire marchand, Elle amène son pain de loin.15Elle se lève lorsqu’il est encore nuit, Et elle donne la nourriture à sa maison[…]17Elle ceint de force ses reins, Et elle affermit ses bras.20Elle tend la main au malheureux, Elle tend la main à l’indigent.26Elle ouvre la bouche avec sagesse, Et des instructions aimables sont sur sa langue.27Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, Et elle ne mange pas le pain de paresse.31Récompensez-la du fruit de son travail, Et qu’aux portes ses œuvres la louent. »

Ruth était aussi une femme humble car elle était respectueuse des conseils sages et pleins d’instruction de sa belle-mère qu’elle prenait soin d’observer (Cf.Ruth.2/22-23 ; 3/1-6).

Oui, Boaz avait trouvé dans son champ un trésor bien plus grand que tous ses biens. Et nous n’avons pas du mal à imaginer le bonheur et l’honneur que devait lui procurer sa femme tout au long de leur vie conjugale : Prov. 31/11,12,23,28 : « 11Le cœur de son mari a confiance en elle, Et les produits ne lui feront pas défaut.12Elle lui fait du bien, et non du mal, Tous les jours de sa vie.23Son mari est considéré aux portes, Lorsqu’il siège avec les anciens du pays.28Ses fils se lèvent, et la disent heureuse; Son mari se lève, et lui donne des louanges. »

Nous savons que Ruth était une jeune femme : Ruth.2/5 :  « A qui est cette jeune femme ? » Était-elle belle physiquement ? La Bible ne le dit pas. Mais la parole de Dieu souligne ceci dans Prov.31/30 : « 30La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine; La femme qui craint l’Eternel est celle qui sera louée. »Encore aujourd’hui, Ruth ainsi que Naomi restent des modèles d’encouragement pour les hommes et les femmes de Dieu à exercer la bonté, la générosité et le courage.

BOAZ :

Dans cette période des Juges où l’obscurité spirituelle régnait, une lumière luisait dans les ténèbres. Boaz, par ses actes, incarnait cette lumière. Le Psaume 112 dépeint parfaitement le portrait moral de Boaz: « 1Louez l’Eternel! Heureux l’homme qui craint l’Eternel, Qui trouve un grand plaisir à ses commandements. 2Sa postérité sera puissante sur la terre, La génération des hommes droits sera bénie. 3Il a dans sa maison bien-être et richesse, Et sa justice subsiste à jamais. 4La lumière se lève dans les ténèbres pour les hommes droits, Pour celui qui est miséricordieux, compatissant et juste.5Heureux l’homme qui exerce la miséricorde et qui prête. Qui règle ses actions d’après la justice.
6Car il ne chancelle jamais; La mémoire du juste dure toujours.
7Il ne craint point les mauvaises nouvelles; Son cœur est ferme, confiant en l’Eternel.
8Son cœur est affermi; il n’a point de crainte, Jusqu’à ce qu’il mette son plaisir à regarder ses adversaires.
9Il fait des largesses, il donne aux indigents; Sa justice subsiste à jamais; Sa tête s’élève avec gloire,
10Le méchant le voit et s’irrite, Il grince les dents et se consume; Les désirs des méchants périssent. »Tout est dit!

Ce qui faisait la puissance et assurait la richesse de Boaz c’était son attachement et la mise en pratique de la parole de Dieu :Ps.1/1-3 : « 1Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs,2Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit!
3Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point: Tout ce qu’il fait lui réussit. »

D’autre part, Boaz manifestait une largesse au-delà de ce que la loi exigeait en faveur des pauvres : Ruth.2/8-9,14-16 : « 8Boaz dit à Ruth: Ecoute, ma fille, ne va pas glaner dans un autre champ; ne t’éloigne pas d’ici, et reste avec mes servantes. 9Regarde où l’on moissonne dans le champ, et va après elles. J’ai défendu à mes serviteurs de te toucher. Et quand tu auras soif, tu iras aux vases, et tu boiras de ce que les serviteurs auront puisé.
14Au moment du repas, Boaz dit à Ruth: Approche, mange du pain, et trempe ton morceau dans le vinaigre. Elle s’assit à côté des moissonneurs. On lui donna du grain rôti; elle mangea et se rassasia, et elle garda le reste. 15Puis elle se leva pour glaner. Boaz donna cet ordre à ses serviteurs: Qu’elle glane aussi entre les gerbes, et ne l’inquiétez pas, 16et même vous ôterez pour elle des gerbes quelques épis, que vous la laisserez glaner, sans lui faire de reproches.»

Il invitait Ruth à sa table, lui assurait sa protection et lui offrait de glaner abondamment. Aussi, Ruth fut touchée droit dans son cœur par autant de générosité : Ruth.2/10,13 : « 10Alors elle tomba sur sa face et se prosterna contre terre, et elle lui dit: Comment ai-je trouvé grâce à tes yeux, pour que tu t’intéresses à moi, à moi qui suis une étrangère?13Et elle dit: Oh! que je trouve grâce à tes yeux, mon seigneur! Car tu m’as consolée, et tu as parlé au cœur de ta servante. Et pourtant je ne suis pas, moi, comme l’une de tes servantes. »

Mais il alla encore plus loin en exerçant son droit de rachat.

Que dit la Bible sur le droit de rachat ?

Deut.25/5-6 : « 5Lorsque des frères demeureront ensemble, et que l’un d’eux mourra sans laisser de fils, la femme du défunt ne se mariera point au dehors avec un étranger, mais son beau-frère ira vers elle, la prendra pour femme, et l’épousera comme beau-frère. 6Le premier-né qu’elle enfantera succédera au frère mort et portera son nom, afin que ce nom ne soit pas effacé d’Israël. »

Là nous voyions se manifester l’amour de Boaz à plus d’un titre. En effet, Boaz se substitua à un parent qui avait la priorité sur lui pour exercer le droit de rachat mais qui refusa de le faire car cela allait contre ses intérêts : Ruth.4/5-6 : « 5Boaz dit: Le jour où tu acquerras le champ de la main de Naomi, tu l’acquerras en même temps de Ruth la Moabite, femme du défunt, pour relever le nom du défunt dans son héritage. 6Et celui qui avait le droit de rachat répondit: Je ne puis pas racheter pour mon compte, crainte de détruire mon héritage; prends pour toi mon droit de rachat, car je ne puis pas racheter. » Or Boaz n’était pas le beau-frère de Ruth et donc il n’était pas forcé de l’épouser. D’autre part, Ruth était une Moabite, une étrangère au peuple de Dieu mais il eut à cœur d’exercer ce droit au profit de Ruth. Ainsi Ruth fut naturalisée. Elle fit l’acquisition de la nationalité Israélienne. Bien plus, elle devint Israélite en intégra le peuple de Dieu en bénéficiant des promesses de l’Eternel : Romains.8/4 -5: « 4Les Israélites, à qui appartiennent l’adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte, et les promesses, 5et les patriarches, et de qui est issu, selon la chair, le Christ, qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement. Amen! »

Rappelons encore une fois que Ruth était une Moabite dont le peuple était exclu de l’assemblée de Dieu (Cf.Deut.23/4-5). Toutefois, comme le précise le dictionnaire biblique : « Ce livre montre que Dieu ne manie pas ses lois de manière légaliste, mais qu’il sait les adapter en faveur de ceux qui sont droit de cœur.

Comme pour Ruth, nous ne savons pas si Boaz était beau physiquement mais la Parole de Dieu dit : Proverbes 19:22 : « Ce qui fait le charme d’un homme, c’est sa bonté »

En regardant cette famille aux traits de caractère si prêts de la pensée de Dieu, on ne peut que constater que la naissance d’Obed, fils de Boaz et Ruth (Ruth.4/17), voit le jour dans un cadre familial pouvant lui assurer le bonheur et la sécurité.

Conclusion :

Le livre de Ruth est le livre de la rédemption par anticipation de l’œuvre de notre Seigneur. Ici, Ruth préfigure les nations païennes qui bénéficieront de la promesse messianique :Mat.8/10-11 : « 10Après avoir entendu l’officier romain , Jésus fut dans l’étonnement, et il dit à ceux qui le suivaient: Je vous le dis en vérité, même en Israël je n’ai pas trouvé une aussi grande foi. 11Or, je vous déclare que plusieurs viendront de l’orient et de l’occident, et seront à table avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux. »

Christ sublime les caractères moraux que nous venons d’évoquer à travers les différents personnages du récit par son amour et son obéissance jusqu’à la mort sur la croix : Phil.2/5-8 : « Jésus-Christ, 6lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, 7mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; 8et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. 9 »

Si Boaz a délivré Ruth et Naomi de l’esclavage de la pauvreté, Christ nous a délivré de l’esclavage du péché. Lui seul a cette puissance. En effet, la Bible dit que nous étions vendus au péché : Rom.7/14-15,24 : « 14Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché. 15Car je ne sais pas ce que je fais: je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. 24Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort?… »

Rom.7/25 : « 25Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!… » Car Eph.1/7 « 7En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce »

Par sa grâce nous sommes appelés fils du Dieu vivant : Rom.9/25-26 : « 25selon qu’il le dit dans Osée: J’appellerai mon peuple celui qui n’était pas mon peuple, et bien-aimée celle qui n’était pas la bien-aimée;26et là où on leur disait: Vous n’êtes pas mon peuple! ils seront appelés fils du Dieu vivant. »

Tous les rachetés du Seigneur forment son Eglise, que Paul considère comme la fiancée de Christ :2 Cor.11/2 : « […] je vous ai fiancés à un seul époux, pour vous présenter à Christ comme une vierge pure. »

Aussi le livre de l’Apocalypse nous exhorte à nous réjouir : Apo19/7-9 :  « 7Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire; car les noces de l’agneau sont venues, et son épouse s’est préparée, 8et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les œuvres justes des saints.9Et l’ange me dit: Ecris: Heureux ceux qui sont appelés au festin de noces de l’agneau! »

19Béni soit à jamais son nom glorieux! Que toute la terre soit remplie de sa gloire! Amen! Amen! (PS.72/19).

-Patrick

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s