Ruth 2

Lecture : Ruth. 2/1-23

« 1Naomi avait un parent de son mari. C’était un homme puissant et riche, de la famille d’Elimélec, et qui se nommait Boaz. 2Ruth la Moabite dit à Naomi: Laisse-moi, je te prie, aller glaner des épis dans le champ de celui aux yeux duquel je trouverai grâce. Elle lui répondit: Va, ma fille. 3Elle alla glaner dans un champ, derrière les moissonneurs. Et il se trouva par hasard que la pièce de terre appartenait à Boaz, qui était de la famille d’Elimélec. 4Et voici, Boaz vint de Bethléhem, et il dit aux moissonneurs: Que l’Eternel soit avec vous! Ils lui répondirent: Que l’Eternel te bénisse! 5Et Boaz dit à son serviteur chargé de surveiller les moissonneurs: A qui est cette jeune femme? 6Le serviteur chargé de surveiller les moissonneurs répondit: C’est une jeune femme Moabite, qui est revenue avec Naomi du pays de Moab. 7Elle a dit: Permettez-moi de glaner et de ramasser des épis entre les gerbes, derrière les moissonneurs. Et depuis ce matin qu’elle est venue, elle a été debout jusqu’à présent, et ne s’est reposée qu’un moment dans la maison.



8Boaz dit à Ruth: Ecoute, ma fille, ne va pas glaner dans un autre champ; ne t’éloigne pas d’ici, et reste avec mes servantes. 9Regarde où l’on moissonne dans le champ, et va après elles. J’ai défendu à mes serviteurs de te toucher. Et quand tu auras soif, tu iras aux vases, et tu boiras de ce que les serviteurs auront puisé. 10Alors elle tomba sur sa face et se prosterna contre terre, et elle lui dit: Comment ai-je trouvé grâce à tes yeux, pour que tu t’intéresses à moi, à moi qui suis une étrangère? 11Boaz lui répondit: On m’a rapporté tout ce que tu as fait pour ta belle-mère depuis la mort de ton mari, et comment tu as quitté ton père et ta mère et le pays de ta naissance, pour aller vers un peuple que tu ne connaissais point auparavant. 12Que l’Eternel te rende ce que tu as fait, et que ta récompense soit entière de la part de l’Eternel, le Dieu d’Israël, sous les ailes duquel tu es venue te réfugier! 13Et elle dit: Oh! que je trouve grâce à tes yeux, mon seigneur! Car tu m’as consolée, et tu as parlé au cœur de ta servante. Et pourtant je ne suis pas, moi, comme l’une de tes servantes.

14Au moment du repas, Boaz dit à Ruth: Approche, mange du pain, et trempe ton morceau dans le vinaigre. Elle s’assit à côté des moissonneurs. On lui donna du grain rôti; elle mangea et se rassasia, et elle garda le reste. 15Puis elle se leva pour glaner. Boaz donna cet ordre à ses serviteurs: Qu’elle glane aussi entre les gerbes, et ne l’inquiétez pas, 16et même vous ôterez pour elle des gerbes quelques épis, que vous la laisserez glaner, sans lui faire de reproches.

17Elle glana dans le champ jusqu’au soir, et elle battit ce qu’elle avait glané. Il y eut environ un épha d’orge. 18Elle l’emporta et rentra dans la ville, et sa belle-mère vit ce qu’elle avait glané. Elle sortit aussi les restes de son repas, et les lui donna. 19Sa belle-mère lui dit: Où as-tu glané aujourd’hui, et où as-tu travaillé? Béni soit celui qui s’est intéressé à toi! Et Ruth fit connaître à sa belle-mère chez qui elle avait travaillé: L’homme chez qui j’ai travaillé aujourd’hui, dit-elle, s’appelle Boaz. 20Naomi dit à sa belle-fille: Qu’il soit béni de l’Eternel, qui se montre miséricordieux pour les vivants comme il le fut pour ceux qui sont morts! Cet homme est notre parent, lui dit encore Naomi, il est de ceux qui ont sur nous droit de rachat. 21Ruth la Moabite ajouta: Il m’a dit aussi: Reste avec mes serviteurs, jusqu’à ce qu’ils aient achevé toute ma moisson. 22Et Naomi dit à Ruth, sa belle-fille: Il est bon, ma fille, que tu sortes avec ses servantes, et qu’on ne te rencontre pas dans un autre champ. 23Elle resta donc avec les servantes de Boaz, pour glaner, jusqu’à la fin de la moisson des orges et de la moisson du froment. Et elle demeurait avec sa belle-mère.

Israël, une terre d’accueil :

Après une dizaine d’années passées dans le pays de sa belle-fille Ruth, Moab, où Naomi connu les plus grandes tristesses, la voici de retour avec Ruth à Bethléhem au début de la moisson de l’orge (Ruth.1/22).

Ruth fait son entrée sur une terre inconnue où vit le peuple élu de Dieu selon les commandements de l’Eternel : Deut. 4/5-8 : « 5Voici, je vous ai enseigné des lois et des ordonnances, comme l’Eternel, mon Dieu, me l’a commandé, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays dont vous allez prendre possession. 6Vous les observerez et vous les mettrez en pratique; car ce sera là votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples, qui entendront parler de toutes ces lois et qui diront: Cette grande nation est un peuple absolument sage et intelligent!7Quelle est, en effet, la grande nation qui ait des dieux aussi proches que l’Eternel, notre Dieu, l’est de nous toutes les fois que nous l’invoquons?8Et quelle est la grande nation qui ait des lois et des ordonnances justes, comme toute cette loi que je vous présente aujourd’hui? »

Quelle est donc cette loi qui permet à Moïse d’affirmer qu’elle surpasse toutes les autres nations ?

Pour commencer, elle provient de Dieu : Deut.5/4-5, 22: « 4L’Eternel vous parla face à face sur la montagne, du milieu du feu. 5Je me tins alors entre l’Eternel et vous, pour vous annoncer la parole de l’Eternel […] 22Telles sont les paroles que prononça l’Eternel à haute voix sur la montagne, du milieu du feu, des nuées et de l’obscurité, et qu’il adressa à toute votre assemblée, sans rien ajouter. Il les écrivit sur deux tables de pierre, qu’il me donna. »

D’autre part, les ordonnances prescrites par l’Eternel découlaient de cette loi qui était fondée sur la justice et la miséricorde de Dieu : Ps.89/14 : « La justice et l’équité sont la base de ton trône. La bonté et la fidélité sont devant ta face. » Voici quelques exemples :

Sur le plan de la justice :

Lév.19/15 : « 15Tu ne commettras point d’iniquité dans tes jugements: tu n’auras point égard à la personne du pauvre, et tu ne favoriseras point la personne du grand, mais tu jugeras ton prochain selon la justice. »

Lév.19/33-34 : « 33Si un étranger vient séjourner avec vous dans votre pays, vous ne l’opprimerez point. 34Vous traiterez l’étranger en séjour parmi vous comme un indigène (originaire du pays) du milieu de vous; vous l’aimerez comme vous-mêmes. »

Ex.20/9 : «[…] le septième jour est le jour du repos de l’Eternel, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes. »

Lév.24/16 : « Celui qui blasphémera le nom de l’Eternel sera puni de mort: toute l’assemblée le lapidera. Qu’il soit étranger ou indigène, il mourra, pour avoir blasphémé le nom de Dieu. »

Sur le plan de la miséricorde :

Lév.19/3 : « 3Chacun de vous respectera sa mère et son père […] »

Lév.18/21 : « Tu ne livreras aucun de tes enfants pour le faire passer à Moloc […] »

Lév.19/32 :  « 32Tu te lèveras devant les cheveux blancs, et tu honoreras la personne du vieillard. »

Lév.19/17-18 : « 17Tu ne haïras point ton frère dans ton cœur; tu auras soin de reprendre ton prochain, mais tu ne te chargeras point d’un péché à cause de lui. 18Tu ne te vengeras point, et tu ne garderas point de rancune contre les enfants de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

Lév.19/14 : « 14Tu ne maudiras point un sourd, et tu ne mettras devant un aveugle rien qui puisse le faire tomber »

Lév.19/9-10 : «9Quand vous ferez la moisson dans votre pays, tu laisseras un coin de ton champ sans le moissonner, et tu ne ramasseras pas ce qui reste à glaner. 10Tu ne cueilleras pas non plus les grappes restées dans ta vigne, et tu ne ramasseras pas les grains qui en seront tombés. Tu abandonneras cela au pauvre et à l’étranger

Ex.22/20-21 : « 21Tu ne maltraiteras point l’étranger, et tu ne l’opprimeras point; car vous avez été étrangers dans le pays d’Egypte. 22Tu n’affligeras point la veuve, ni l’orphelin. »

Deut.23/15 : «15Tu ne livreras point à son maître un esclave qui se réfugiera chez toi, après l’avoir quitté. 16Il demeurera chez toi, au milieu de toi, dans le lieu qu’il choisira, dans l’une de tes villes, où bon lui semblera: tu ne l’opprimeras point. » 

Ex.23/4-5  « 4Si tu rencontres le bœuf de ton ennemi ou son âne égaré, tu le lui ramèneras. 5Si tu vois l’âne de ton ennemi succombant sous sa charge, et que tu hésites à le décharger, tu l’aideras à le décharger. »

Lév.25/25 : (Droit de rachat) « 25Si ton frère devient pauvre et vend une portion de sa propriété, celui qui a le droit de rachat, son plus proche parent, viendra et rachètera ce qu’a vendu son frère. »

Ruth ne tardera pas à bénéficier de cette loi (Ex.22/20-21 ; Lév.19/9-10,33-34), alors qu’elle est une Moabite ! Or les Moabites étaient aux yeux de Dieu « Persona non grata » c’est-à-dire une personne qui n’est pas la bienvenue dans le pays : Deut.23/3 : «3L’Ammonite et le Moabite n’entreront point dans l’assemblée de l’Eternel, même à la dixième génération et à perpétuité, 4parce qu’ils ne sont pas venus au-devant de vous avec du pain et de l’eau, sur le chemin, lors de votre sortie d’Egypte, et parce qu’ils ont fait venir contre toi à prix d’argent Balaam, fils de Beor, de Pethor en Mésopotamie, pour qu’il te maudisse.  »

Ainsi Ruth a trouvé sur cette terre inconnue, une terre d’asile, un refuge à l’ombre des ailes de l’Eternel (Ruth.2/12)

Cette terre était une terre d’accueil et donc une bénédiction pour les nations comme Dieu l’avait promis à Abraham : Gen.12/2 : «2Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction. »

Israël, une terre de repos où des fêtes étaient instituées par Dieu en son honneur :

*Dans la Bible, le repos de l’homme consiste à jouir de la communion avec Dieu et à observer ses commandements.

Le repos qui existait lors de la création a été suspendu à cause du péché. Depuis l’agitation règne et prend différentes formes. L’homme travaille dur pour vivre (Gen.3/17-19 : « […]le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, 18il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs.
19C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris;[…] ), mais au lieu de jouir dans la paix ce que Dieu lui donne (Eccl.4/6 : «6Mieux vaut une main pleine avec repos, que les deux mains pleines avec travail et poursuite du vent. » ), il cherche à thésauriser (Ps.39/6 : « 6Oui, l’homme se promène comme une ombre, Il s’agite vainement; Il amasse, et il ne sait qui recueillera. »).

Dans ce monde troublé, Dieu appelle un peuple au repos « Israël »: Il lui donne, ainsi qu’aux animaux, un jour de repos appelé sabbat pour célébrer son propre repos lors de l’achèvement de la création (Gn.2/2). Tous les 7 ans, le cultivateur israélite jouit d’une année sabbatique où lui-même, sa terre, sa famille, ses domestiques, son bétail et l’étranger se reposent : (Lév.25/1-7 : « 1L’Eternel parla à Moïse sur la montagne de Sinaï, et dit: 2Parle aux enfants d’Israël, et tu leur diras: Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne, la terre se reposera: ce sera un sabbat en l’honneur de l’Eternel. 3Pendant six années tu ensemenceras ton champ, pendant six années tu tailleras ta vigne; et tu en recueilleras le produit. 4Mais la septième année sera un sabbat, un temps de repos pour la terre, un sabbat en l’honneur de l’Eternel: tu n’ensemenceras point ton champ, et tu ne tailleras point ta vigne. 5Tu ne moissonneras point ce qui proviendra des grains tombés de ta moisson, et tu ne vendangeras point les raisins de ta vigne non taillée: ce sera une année de repos pour la terre. 6Ce que produira la terre pendant son sabbat vous servira de nourriture, à toi, à ton serviteur et à ta servante, à ton mercenaire et à l’étranger qui demeurent avec toi, 7ton bétail et aux animaux qui sont dans ton pays; tout son produit servira de nourriture. »)

D’autre part la loi mosaïque ordonnait des solennités annuelles, appelées fêtes ou rassemblements :

  • La Pâques : le soir du 14ème jour du 1er mois accompagnée de la fête des pains sans levain qui commençait le 15ème jour et qui durait 7 jours (Lév.23/5-8) ;
  • Le jour de repos : claironnait le 1er jour du 7ème mois (Lév.23/24-25) ;
  • Le jour des expiations publiait le 10ème jour du 7ème mois (Lév.23/27) ;
  • La fête des Semaines ou appelée aussi fête de la moisson(Ex.23/16) ;
  • La fête des Tabernacles ou des récoltes qui débutait le 15ème jour du 7ème mois et durait 7 ou 8 jours (Lév.23/34-44).

Tous ces rassemblements en l’honneur de l’Eternel étaient accompagnés de jours de repos.

Quelles garanties apporte cette loi ?

  • LE BONHEUR : Dt.5/29 : « 29Oh! s’ils avaient toujours ce même cœur pour me craindre et pour observer tous mes commandements, afin qu’ils fussent heureux à jamais, eux et leurs enfants! »
  • LA SECURITE : Lév.25/18-19 : « 18Mettez mes lois en pratique, observez mes ordonnances et mettez-les en pratique; et vous habiterez en sécurité dans le pays.19Le pays donnera ses fruits, vous mangerez à satiété, et vous y habiterez en sécurité. »

Conclusion

Nous pouvons dire que ce qui fait la richesse d’un pays, ce ne sont pas seulement ses ressources mais la vertu (force morale avec laquelle l’être humain tend au bien) de ses lois.

Bien plus qu’une terre où coule le lait et le miel, Israël, au temps de l’antiquité, était dotée d’une constitution unique. Même si certaines civilisations pouvaient aussi se prévaloir d’un code civil et pénal qui régissait leurs citoyens, elles restaient inférieures sur le plan moral et spirituel.

Selon le dictionnaire biblique : «  vers 1750 avant Jésus-Christ, l’empereur Hammourabi rechercha le bien de ses sujets. Il fit rassembler des lois dans un texte qui avaient trait à la vie quotidienne et s’adressait à toutes les classes sociales. Il y a sans doute quelques traits communs entre ce code du 2ème millénaire et la Loi de Moïse, comme il put y en avoir entre toutes les législations. Les lois d’Hammourabi sont souvent inspirées par le bon sens et par un réel esprit de justice, mais l’ensemble ne peut se comparer à celle du législateur du Sinaï par la hauteur morale et spirituelle. Le Code est essentiellement utilitaire, dépourvu du sens de la personne humaine. Bien plus, il est extrêmement dur vis-à-vis des pauvres, et d’une extrême sévérité pour quiconque se montre pitoyable à l’égard des esclaves. Ses faveurs vont aux grands, aux favorisés de ce monde. Aucune sollicitude pour l’enfant, le vieillard, le faible ou l’étranger. Et aucune notion d’un Dieu unique, tout-puissant, personnel. »

C’est pourquoi Moïse pouvait affirmer :  « 8Et quelle est la grande nation qui ait des lois et des ordonnances justes, comme toute cette loi que je vous présente aujourd’hui? »

En ce jour, l’Eglise du Seigneur se doit d’être un lieu d’accueil et de repos pour les âmes perdues. Elle le peut d’autant plus que ses fondements doctrinaux reposent en la personne du Seigneur Jésus qui dit : Mat.11/28-30 :  «28Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. 29Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. 30Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. »

Aussi demandons au Seigneur de mettre en œuvre la loi royale : Jaq. 2/1-8 :  « 1Mes frères, que votre foi en notre glorieux Seigneur Jésus-Christ soit exempte de toute acception de personnes. 2Supposez, en effet, qu’il entre dans votre assemblée un homme avec un anneau d’or et un habit magnifique, et qu’il y entre aussi un pauvre misérablement vêtu; 3si, tournant vos regards vers celui qui porte l’habit magnifique, vous lui dites: Toi, assieds-toi ici à cette place d’honneur! et si vous dites au pauvre: Toi, tiens-toi là debout! ou bien: Assieds-toi au-dessous de mon marchepied! 4ne faites-vous pas en vous-mêmes une distinction, et ne jugez-vous pas sous l’inspiration de pensées mauvaises? 5Ecoutez, mes frères bien-aimés: Dieu n’a-t-il pas choisi les pauvres aux yeux du monde, pour qu’ils soient riches en la foi, et héritiers du royaume qu’il a promis à ceux qui l’aiment? 6Et vous, vous avilissez le pauvre! Ne sont-ce pas les riches qui vous oppriment, et qui vous traînent devant les tribunaux? 7Ne sont-ce pas eux qui outragent le beau nom que vous portez?
8Si vous accomplissez la loi royale, selon l’Ecriture: Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien. »

Enfin n’oublions pas Israël dans nos prières comme pour le reste du monde. Par Israël, le salut est devenu accessible aux autres nations. Prions pour sa réintégration comme en parle Paul dans son épître aux Romains chapitre 11. Si leur chute a été la richesse du monde combien plus en sera-t-il ainsi quand ils se convertiront tous. Car en ce qui concerne l’élection , ils sont aimés à cause de leurs pères et Dieu ne se repent pas de ses dons et de son appel : (Rom.11/12, 28-29).

*Source :dictionnaire biblique

-Patrick

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s