Méditation biblique: Ruth 1

Lecture : 1/1-22

Contexte

Au temps des Juges, une famine sévit en Israël. Ce récit se situe dans une époque troublée de l’histoire d’Israël marquée par l’insécurité et la décadence spirituelle et morale.

« Il eut une famine dans le pays » :1/1.

Quel contraste avec la promesse de Dieu faite à son peuple avant son entrée sur cette terre promise: Deut.8/7-9 : « 7Car l’Eternel, ton Dieu, va te faire entrer dans un bon pays, pays de cours d’eaux, de sources et de lacs, qui jaillissent dans les vallées et dans les montagnes; 8pays de froment, d’orge, de vignes, de figuiers et de grenadiers; pays d’oliviers et de miel; 9pays où tu mangeras du pain avec abondance, où tu ne manqueras de rien; pays dont les pierres sont du fer, et des montagnes duquel tu tailleras l’airain. »

Deut.11/11-12 : « 11Le pays que vous allez posséder est un pays de montagnes et de vallées, et qui boit les eaux de la pluie du ciel; 12c’est un pays dont l’Eternel, ton Dieu, prend soin, et sur lequel l’Eternel, ton Dieu, a continuellement les yeux, du commencement à la fin de l’année. »

Est-ce que Dieu se serait trompé ?

Nullement. L’obéissance et la fidélité aux commandements de Dieu étaient la condition du bonheur d’Israël. Car cette famine était la conséquence du désordre spirituel qui régnait en ce temps-là. Dieu avait averti Israël à multiples reprises : Lév.26/3-20 ; Deut.11/13-17 : « 13Si vous obéissez à mes commandements que je vous prescris aujourd’hui, si vous aimez l’Eternel, votre Dieu, et si vous le servez de tout votre cœur et de toute votre âme, 14je donnerai à votre pays la pluie en son temps, la pluie de la première et de l’arrière-saison, et tu recueilleras ton blé, ton moût et ton huile; 15je mettrai aussi dans tes champs de l’herbe pour ton bétail, et tu mangeras et te rassasieras. 16Gardez-vous de laisser séduire votre cœur, de vous détourner, de servir d’autres dieux et de vous prosterner devant eux.17La colère de l’Eternel s’enflammerait alors contre vous; il fermerait les cieux, et il n’y aurait point de pluie; la terre ne donnerait plus ses produits, et vous péririez promptement dans le bon pays que l’Eternel vous donne. »

« Un homme de Bethléhem de Juda partit, avec sa femme et ses deux fils, pour faire un séjour dans le pays de Moab. 2Le nom de cet homme était Elimélec, celui de sa femme Naomi, et ses deux fils s’appelaient Machlon et Kiljon; ils étaient Ephratiens, de Bethléhem de Juda. » : 1/1-2

Voilà un homme qui prend une décision de la plus haute importance : quitter le pays de la promesse avec femme et enfants vers un pays inconnu. Cet homme a dû murement réfléchir sur la situation dramatique que son pays et sa famille vivaient au quotidien.

Sur quoi était fondé son choix ?

Sur une base de réflexion raisonnable ?

En effet, on peut imaginer comme nous invite à le faire le pasteur Decker dans son commentaire du livre de Ruth « De l’amertume à la grâce » qu’Elimélec devait être soucieux de constater que la gaîté de sa femme Naomi (Ma gracieuse) faisait place à l’angoisse, l’inquiétude de voir ses jeunes enfants, de nature maladive : Machlon (Maladif) et Kiljon (fragile) promis à un avenir sinistre. D’autant que le pays était touché par ce fléau. Or voilà qu’à l’horizon se dresse par temps clair à l’est de Bethléhem à 80 kms de l’autre côté de la mer morte, le plateau de Moab . Or le livre de Ruth ne dit pas que Moab était touché par la famine. A cet instant, toutes sortes d’arguments en faveur d’un prochain départ devaient murir dans sa tête, bien qu’il fût dans l’abondance ( Ruth.1/21 :  « […]J’étais dans l’abondance à mon départ[…] ») : Une situation économique désastreuse qui ne laisse pas présager un avenir heureux pour leurs fils. D’autant que la famine entraînerai une sous-alimentation qui accentuerai la dégradation de l’état de santé de ses enfants et l’angoisse de son épouse. De plus, Moab n’est pas très éloigné, il s’agira d’un aller-retour lorsque la situation s’améliorera comme le laisse entendre le verset: Ruth.1/1 (Version Louis Segond) : « Un homme de Bethléhem de Juda partit, avec sa femme et ses deux fils, pour faire un séjour dans le pays de Moab. » Les faits parlent d’eux-mêmes. Il faut être raisonnable et responsable. En tant que chef de famille, Elimélec,  probablement rongé par l’inquiétude, sonne l’état d’urgence face au péril imminent qui les touchent de près et prend la liberté de tenter sa « chance ». Et voici une famille déracinée marchant sur la route vers un espoir hypothétique d’un nouvel eldorado ( pays merveilleux d’abondance et de délices).

Ou bien une réflexion fondée sur l’ignorance et l’incrédulité ?

L’ignorance  de la parole de Dieu :

Que fait Elimélec des déclarations faites par Dieu à Israël dans Lévitique 26 et Deutéronome 28 où l’Eternel avertissait son peuple de châtiments en réponse à sa désobéissance : Deut. 28/15-19 : « 15Mais si tu n’obéis point à la voix de l’Eternel, ton Dieu, si tu n’observes pas et ne mets pas en pratique tous ses commandements et toutes ses lois que je te prescris aujourd’hui, voici toutes les malédictions qui viendront sur toi et qui seront ton partage:16Tu seras maudit dans la ville, et tu seras maudit dans les champs.17Ta corbeille et ta huche seront maudites.
18Le fruit de tes entrailles, le fruit de ton sol, les portées de ton gros et de ton menu bétail, toutes ces choses seront maudites.19Tu seras maudit à ton arrivée, et tu seras maudit à ton départ. »

Que fait-il de ces avertissements ? Il les ignore et agit comme il lui semble bon.

D’autre part,Il n’a pas cru à la bienveillance et à  la miséricorde de Dieu : Deut.11/12 : « 12c’est un pays dont l’Eternel, ton Dieu, prend soin, et sur lequel l’Eternel, ton Dieu, a continuellement les yeux, du commencement à la fin de l’année. » Deut.30/2,9 : «2si tu reviens à l’Eternel, ton Dieu, et si tu obéis à sa voix de tout ton cœur et de toute ton âme, toi et tes enfants, selon tout ce que je te prescris aujourd’hui ;9L’Eternel, ton Dieu, te comblera de biens en faisant prospérer tout le travail de tes mains, le fruit de tes entrailles, le fruit de tes troupeaux et le fruit de ton sol; car l’Eternel prendra de nouveau plaisir à ton bonheur, comme il prenait plaisir à celui de tes pères. » Comme le précise Maurice Decker : «Elimélek témoigne d’une absence totale d’espérance dans les promesses divines de restauration en réponse à toute vraie repentance. »

De plus, Elimélec fait honte au nom qu’il porte « Dieu est roi ». Face à l’épreuve, ses actes ne réfléchissent pas la confiance qu’ inspire la majesté de son patronyme. Il n’attend pas le secours de l’Eternel : Ps.33/18-19 : « 18Voici, l’œil de l’Eternel est sur ceux qui le craignent, Sur ceux qui espèrent en sa bonté, 19Afin d’arracher leur âme à la mort Et de les faire vivre au milieu de la famine. », mais il abandonne la terre de ses pères et cherche un refuge auprès d’un peuple étranger: Moab!

Qu’est-ce que Moab ?

Dieu avait condamné ce peuple dont les chefs avaient faits toutes sortes de manœuvres pour détourner Israël de son Dieu et de son entrée en Canaan : Deut.23/3-6 : « 3L’Ammonite et le Moabite n’entreront point dans l’assemblée de l’Eternel, même à la dixième génération et à perpétuité, 4parce qu’ils ne sont pas venus au-devant de vous avec du pain et de l’eau, sur le chemin, lors de votre sortie d’Egypte, et parce qu’ils ont fait venir contre toi à prix d’argent Balaam, fils de Beor, de Pethor en Mésopotamie, pour qu’il te maudisse. 5Mais l’Eternel, ton Dieu, n’a point voulu écouter Balaam; et l’Eternel, ton Dieu, a changé pour toi la malédiction en bénédiction, parce que tu es aimé de l’Eternel, ton Dieu. »

Quelles furent les conséquences de son choix ?

Funestes !

« Arrivés au pays de Moab, ils y fixèrent leur demeure. 3Elimélec, mari de Naomi, mourut, et elle resta avec ses deux fils. 4Ils prirent des femmes Moabites, dont l’une se nommait Orpa, et l’autre Ruth, et ils habitèrent là environ dix ans. 5Machlon et Kiljon moururent aussi tous les deux, et Naomi resta privée de ses deux fils et de son mari. » : 1/2-5

Ce choix qui en apparence se voulait judicieux, saisissant une opportunité pleine de promesse, se transforma en un long linceul : Naomi se retrouva veuve et pleurant la perte de ses enfants. Trop vieille pour se remarier, elle se retrouva sans ressource sur une terre inconnue et ennemie. Quelle désillusion ! Quelle amertume…

Une lueur d’espoir

Dans la tourmente, Dieu annonça des jours meilleurs  et suscita auprès de Naomi un réconfort: « 6Puis elle se leva, elle et ses belles-filles, afin de quitter le pays de Moab, car elle apprit au pays de Moab que l’Eternel avait visité son peuple et lui avait donné du pain. 7Elle sortit du lieu qu’elle habitait, accompagnée de ses deux belles-filles, et elle se mit en route pour retourner dans le pays de Juda. » : 1/6

Naomi se redressa et décida de s’en retourner à Bethléhem (la maison du pain). Or Dieu pourvu au soutien de sa fille en la personne de Ruth : « 12Retournez, mes filles, allez! Je suis trop vieille pour me remarier.[…] 14Et elles élevèrent la voix, et pleurèrent encore. Orpa baisa sa belle-mère, mais Ruth s’attacha à elle.15Naomi dit à Ruth: Voici, ta belle-soeur est retournée vers son peuple et vers ses dieux; retourne, comme ta belle-soeur. 16Ruth répondit: Ne me presse pas de te laisser, de retourner loin de toi! Où tu iras j’irai, où tu demeureras je demeurerai; ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu; 17où tu mourras je mourrai, et j’y serai enterrée. Que l’Eternel me traite dans toute sa rigueur, si autre chose que la mort vient à me séparer de toi! 18Naomi, la voyant décidée à aller avec elle, cessa ses instances.19Elles firent ensemble le voyage jusqu’à leur arrivée à Bethléhem. […]22 Elles arrivèrent à Bethléhem au commencement de la moisson des orges. »

Quel attachement et quelle fidélité de la part de Ruth : « Où tu mourras, je mourrai », « Elles firent ensemble le voyage jusqu’à leur arrivée à Bethléhem ». Ses actes étaient en conformité avec sa confession de foi : «! Où tu iras j’irai, où tu demeureras je demeurerai; ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu » Quel courage, d’avoir abandonné sa patrie, ses dieux pour soutenir une femme affligée par le malheur, sans avenir et l’accompagner vers une patrie étrangère. Mais aussi quel amour et quelle fidélité de la part de Dieu qui pourvoit au soutien de Naomi à travers Ruth : 2.Tim2/13 : « si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même. »

C’est l’heure du bilan :

Ce séjour, qui se voulait prometteur de sécurité, a été un sujet d’amertume : «  Et lorsqu’elles entrèrent dans Bethléhem, toute la ville fut émue à cause d’elles, et les femmes disaient: Est-ce là Naomi? 20Elle leur dit: Ne m’appelez pas Naomi; appelez-moi Mara, car le Tout-Puissant m’a remplie d’amertume. 21J’étais dans l’abondance à mon départ, et l’Eternel me ramène les mains vides. Pourquoi m’appelleriez-vous Naomi, après que l’Eternel s’est prononcé contre moi, et que le Tout-Puissant m’a affligée? »

Conclusion

Sans jeter la pierre à Elimélec, il est évident que son histoire doit nous servir d’instruction dans notre marche chrétienne. Ne nous arrive-t-il pas de choisir des solutions d’opportunités qui s’offrent à nous d’autant plus tentantes que nous sommes au prise avec une situation angoissante où nous sommes acculés à une grande détresse : Perte d’emploi, recherche de logement, problème de santé, vie de célibat, veuvage, persécutions, surmenage dans son travail, difficulté dans la vie de couple, handicap, etc.

Nous faisons la profession de foi que Jésus est non seulement notre Sauveur mais qu’il est aussi notre Seigneur.

Dans la Bible, Seigneur signifie en grec Kurios l’équivalent de Adonaï en hébreux, c’est-à-dire le maître. Adonaï signifie le droit de propriété où le maître exerce un pouvoir absolu.

Est-ce que nous croyons vraiment que le Seigneur est le maître de notre vie et que nous sommes prêts à lui être fidèles et attachés jusqu’au bout du voyage ? Seules les épreuves peuvent nous révéler la profondeur de notre foi en notre Dieu.

Cependant, Dieu sait de quoi nous sommes formés, Il se souvient que nous sommes poussière :Ps.103/14.

C’est pourquoi attachons nous et prêtons foi à ce titre paternel : Dieu notre Père. Il est miséricordieux, compatissant : c’est lui qui pardonne toutes tes iniquités ; il ne nous traite pas selon nos péchés ; c’est lui qui te délivre de la fosse ; c’est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, qui te fait rajeunir comme l’aigle ; comme un père a compassion de ses enfants, l’Eternel a compassion de ceux qui le craignent 
La bonté de l’Eternel dure à jamais pour ceux qui le craignent, Et sa miséricorde pour les enfants de leurs enfants,
Pour ceux qui gardent son alliance, Et se souviennent de ses commandements afin de les accomplir.
L’Eternel a établi son trône dans les cieux, Et son règne domine sur toutes choses : Ps103.

D’autre part, rappelons-nous, malgré notre faiblesse, que Jésus nous a précédé sur ce chemin étroit et qu’il nous tient dans sa main pour nous conduire à bon port (Jean.10/29). Dieu a manifesté à travers son Fils son amour en acceptant qu’Il se dépouille de sa gloire (Philip.2/7) pour venir nous chercher et nous ramener dans la maison du Père et nous offrir l’abondance : « Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages » (Jean.10/9).

Enfin, le Seigneur nous offre une famille spirituelle pour nous édifier , nous encourager en toutes occasions. Il est évident qu’il n’existe aucune assemblée parfaite et que si une église locale traverse une crise, ne cédons pas à la tentation de croire que l’herbe est meilleure dans le pré du voisin. Là où le Berger règne, là se trouve le repos et les réponses à nos besoins. Que notre prière soit :  « Seigneur augmente notre foi car toi seul tu peux pourvoir à nos besoins et nous délivrer de la tentation. »

-Patrick

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s