Méditation biblique: 1 Pierre 1 v.6 – Qu’est-ce qui fait notre joie ?

Lecture : 1Pi.1/6 : « C’est ce qui fait votre joie, même si maintenant, puisqu’il le faut, vous êtes pour un peu de temps attristés par diverses épreuves. »

Définition : Joie (la) : En hébreux, cela signifie sauter, bondir de joie, briller ou être lumineux. C’est une émotion agréable et profonde. La vraie joie vient d’en haut car elle est un fruit de l’Esprit Gal.5/22.

Thème : Qu’est-ce qui fait notre joie ?

L’espérance du salut : 1Pi.1/3 : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts. » La résurrection de Jésus est la garantie de notre salut. Elle est l’amen de Dieu, le Père, à la parole du Seigneur à la croix : « Tout est accompli ». Dieu agréa le sacrifice de son Fils, innocent, comme étant suffisant pour accomplir sa justice à notre bénéfice.

Cette espérance nous offre donc :

Un héritage indestructible qui nous est réservé dans le ciel : 1Pi.1/4 : « pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux. »

Héritage : Des biens laissées par une personne décédée et transmis par succession.

Dans ce monde, tous ne peuvent pas espérer recevoir un héritage conséquent comme celui que peut recevoir en partage les enfants de la famille de l’empereur du luxe Bernard Arnault* (le plus riche d’Europe) qui peuvent bénéficier du capital financier : Hôtel particulier (25 millions euros), yacht (130 millions d’euros), titres de propriétés LVMH (140,9 milliards d’euros), domaines viticoles (11O millions d’euros) ; capital culturel :La Fondation Louis Vuitton (Estimation : 600 millions d’euros, tableaux, etc.) ; capital social : Réseaux : Présidents, ministres, capitaines d’industries ( Lagardère, Niel), Cercles, et autres sommités ; capital symbolique : Son nom évoque à lui seul le pouvoir, la puissance et la richesse. Reste que la liste de ses biens évoqués est loin d’être exhaustive.

Alors que d’autres héritent des dettes de leurs parents, sans compter qu’un héritage peut être contesté, voire annulé pour défaut technique en matière de procédure, les biens peuvent au cours du temps se dévaluer. Sans oublier que l’héritier peut décéder avant le testateur.

Or l’héritage de Dieu qui nous est promis est non seulement indestructible mais il nous est ré-ser-vé, à nous enfants de Dieu, dans les cieux ! C’est-à-dire que lorsque nous traverserons la vallée de la mort, nous ne serons pas dans les ténèbres du dehors, là où il y aura des pleurs et des grincements de dents (Mat.8/12) mais :  «  Que votre cœur ne se trouble pas ! Croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père. Si ce n’était pas le cas, je vous l’aurait dit. Je vais vous préparer une place. Et puisque je vais vous préparer une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi afin que, là où je suis, vous y soyez aussi. »( Jean. 14/1-3), voir aussi (1.Th.4/13-18).

Notre joie vient aussi du fait que :

Le salut de notre âme pour prix de notre foi : 1Pi.1/8-9 :  « Vous l’aimez sans l’avoir vu, vous croyez en lui sans le voir encore et vous vous réjouissez d’une joie indescriptible et glorieuse parce que vous obtenez le salut de votre âme pour prix de votre foi. » Notre salut repose sur la base de notre foi dans le sang précieux de Jésus-Christ qui nous a purifié de nos péchés et non sur la base de nos œuvres. Il n y a rien à faire ou à ajouter de notre part, c’est le grand amour de Dieu qui se manifeste puissamment par sa grâce : 2.Tim.1/10 : «  Il nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant les temps éternels, et qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus-Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l’immortalité par l’Evangile. » :. Notre foi en la personne de Jésus-Christ fait notre joie au quotidien : par Lui, nous recevons la vie et l’immortalité.

Ce qui fait encore notre joie, c’est que :

Notre espérance repose sur Dieu car nous appartenons à un Dieu souverain: Il est omniscient : 1.P.1/2 :  « Conformément à la préscience de Dieu, le Père[…] ; Il est miséricordieux (compassion) : 1.Pi.1/3 : « Conformément à sa grande bonté[…] » ; Il est le tout-puissant : 1.Pi.1/5 :  «  […] à vous qui êtes gardés par la puissance de Dieu, au moyen de la foi[…] » Oui, Il est le souverain maître car tout a été réalisé conformément à sa volonté. Rien n’a pu empêcher son désir de nous sauver et rien ne l’empêchera de finir l’œuvre qu’Il a commencé en nous à savoir que nous soyons à la ressemblance de Jésus-Christ.

Mais notre joie est associée à l’épreuve.

Pourquoi ?

  1. Obligation : 1.Pi.1/6 : « […] même si maintenant, puisqu’il le faut, vous êtes pour un peu de temps attristés par diverses épreuves. »
  1. Le disciple n’est pas plus grand que le Maître : 1.Pi.4/1-2 : « Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché, afin de vivre, non plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu, pendant le temps qui lui reste à vivre dans la chair. » Notre Seigneur est mort pour nos péchés, nous devons en retour mourir à nos convoitises dégradantes et endurer avec joie, pour l’Evangile, la souffrance qu’occasionne l’injustice (Lire :1.Pi.4/12-13)plutôt que de nous adonner, comme par le passé, à nos péchés. Nous en avons fini avec le péché, notre désir se porte à faire la volonté de Dieu.

Pour quels buts ?

  1. Pour éprouver la valeur de notre foi :1.Pi.1/7. Dans quelle terre le Seigneur a-t-il semé sa semence incorruptible, vivante et permanente : Dans un sol rocailleux (Absence de l’auditeur de repentance, auditeur enthousiaste mais superficiel) : Mat.13/20-21 : «Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c’est celui qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie; mais il n’a pas de racines en lui-même, il manque de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, il y trouve une occasion de chute. » ? ou parmi les ronces  (Ecoute superficielle de la Parole, l’intérêt de l’auditeur pour la Parole de Dieu est très faiblement engagé): Mat.13/22 : « Et celui qui a reçu la semence entre les épines, c’est celui qui écoute la parole de Dieu, mais l’inquiétude pour les choses de ce monde, et la tromperie des richesses étouffent la parole, et elle devient infructueuse. » ? ou le long du chemin (Refus de comprendre de la part de l’auditeur) : Mat13/19 : « Lorsqu’un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son cœur: cet homme est celui qui a reçu la semence le long du chemin. » ? ou biendans la bonne terre : Mat13/23 : « Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la parole et la comprend; il porte du fruit, et un grain en donne cent, un autre soixante, un autre trente. » ?
  2. Pour réconforter ceux qui sont dans la détresse :

2.Cor.1/3-8 : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque affliction! » Un frère, une sœur qui ont connu une grande épreuve (maladie, veuvage, persécution, séparation, décès d’un enfant, perte d’un emploi, maltraitance, etc.) et qui se sont confiés dans la présence consolatrice de Dieu sont à même de venir au secours de ceux qui vivent la détresse. Ils peuvent apporter encouragement et exhortation car ils ont reçu la consolation abondante et suffisante de Christ : « C’est par Christ que notre réconfort abonde (2.Cor.1/5). Il est à noter que nous ne sommes pas consolés pour être rassurés mais pour être des consolateurs : 2.Cor.1/6-7 : « Si nous sommes affligés, c’est pour votre consolation et pour votre salut; si nous sommes consolés, c’est pour votre consolation, qui se réalise par la patience à supporter les mêmes souffrances que nous endurons. Et notre espérance à votre égard est ferme, parce que nous savons que, si vous avez part aux souffrances, vous avez part aussi à la consolation. »

  1. Pour résultat la louange, la gloire  et l’honneur lorsque Jésus-Christ apparaîtra :1.Pi.1/7.


Tout cela sera la récompense de notre foi à travers les épreuves ici-bas : Rom.2/6-7,10 : « Il traitera chacun conformément à ses actes : à ceux qui par leur persévérance à faire le bien recherchent l’honneur, la gloire et l’incorruptibilité, il donnera la vie éternelle. La gloire, l’honneur et la paix seront pour tout homme qui fait le bien. »

CONCLUSION

Le mariage, les enfants, le travail, les loisirs, les amis, les frères et sœurs, la santé, l’argent peuvent nous procurer des joies légitimes. Cependant, l’apôtre Pierre nous rappelle la réalité de notre condition terrestre :1.Pi.1/24 : « Car Toute chair est comme l’herbe, Et toute sa gloire comme la fleur de l’herbe. L’herbe sèche, et la fleur tombe; » Marc.8/36 : « Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme? »

Notre véritable joie vient d’en haut de la part de Jésus-Christ : Ps.16/2,11 : « Je dis à l’Eternel: Tu es mon Seigneur, Tu es mon souverain bien! Tu me feras connaître le sentier de la vie; Il y a d’abondantes joies devant ta face, Des délices éternelles à ta droite. »

Cependant, l’apôtre Pierre nous rappelle que l’épreuve fait partie de notre condition de disciple du Seigneur : 1.Pi.4/12-13 : « Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d’une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. » Le prophète Jérémie, lui-même au cœur de la tourmente, déclarait ceci : Lam.3/24-26 :  « Je le déclare, l’Eternel est mon bien, c’est pourquoi je veux m’attendre à lui. L’Eternel a de la bonté pour celui qui compte sur lui, pour qui le cherche. Il est bon d’attendre en silence le secours de l’Eternel . » C’est pourquoi nous qui sommes sauvés nous sommes plein de confiance dans la promesse de recevoir de la part de Dieu notre héritage réservé dans les cieux : Ps.30/12-13 : « Ecoute, Eternel, aie pitié de moi! Eternel, secours-moi! Et tu as changé mes lamentations en allégresse, Tu m’as retiré mes habits de deuil , et tu m’as ceint de joie, Afin que mon cœur te chante et ne soit pas muet. Eternel, mon Dieu! je te louerai toujours. »

-Patrick

Bernard Arnault* : Informations tirées de l’article de Bruno Godard du 26/03/2019 dans le mensuel Capital.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s